Tout comme la Déclaration d’Helsinki qui a durablement modifié le paysage éthique de la recherche clinique humaine, la Déclaration de Bâle s’est donné pour objectif de rassembler les acteurs de la communauté scientifique afin de poursuivre et de mettre en oeuvre des principes éthiques tel celui des 3R partout où des animaux sont utilisés. Par ailleurs, elle s’engage pour une plus grande confiance, ainsi qu’une meilleure transparence et une meilleure communication des activités concernant le délicat sujet de l’expérimentation animale. Fondée le 5 octobre 2011, la Société de la Déclaration de Bâle met tout en oeuvre pour promouvoir la Déclaration de Bâle. voir galerie de photos...

 

Progrès dans la médecine humaine et vétérinaire grâce aux expérimentations animales

Les recherches animales jouent un rôle clé

La médecine moderne a largement profité des découvertes pionnières de la recherche fondamentale en biologie et de leur mise en pratique dans la recherche appliquée. Les expérimentations animales constituent dans ce domaine une clef de voûte du progrès biomédical. Elles ont une fonction clé dans la découverte de processus vitaux, dans la compréhension de maladies, ainsi que dans l’élaboration de nouveaux procédés médicaux pour l’être humain et pour les animaux.

L’importance des expérimentations animales pour le développement de la médecine apparaît nettement dans la remise des prix nobels de médecine et de physiologie, pour lesquels 75 sur 98 d’entre eux impliquaient directement les expérimentations animales. Presque chaque procédé médical possède une longue liste d’antécédents de recherches mettant en pratique les expérimentations animales. La découverte de l’insuline, des antibiotiques, l’élaboration de vaccins et de beaucoup d’autres médicaments n’aurait pas été possible sans le recours aux expérimentations animales. Ceci est aussi valable pour le diagnostic moderne et pour la chirurgie. Sans oublier que ces connaissances profitent également aux animaux familiers ainsi qu’aux animaux domestiques.

Bien des résultats acquis chez l’animal sont transférables à l’homme

Les défis médicaux actuels et à venir exigent beaucoup de la science. Pour acquérir de nouvelles connaissances, développer de nouvelles thérapies et éviter des maladies, il nous faut tous recourir à des procédés scientifiques judicieux. Nous employons alors des méthodes alternatives là où c’est possible et, seulement si indispensable, nous recourons à des expérimentations animales. La signification des expérimentations animales se remarque aussi dans le fait que beaucoup de résultats ainsi obtenus, même si ce ne sont pas tous, sont transposables sur l’être humain.

Une recherche fondamentale innovative pour l’acquisition de nouvelles connaissances et leur mise en pratique dans la recherche appliquée sont indissociablement liées. C’est ainsi que de nouvelles méthodes de traitement contre l’arthrite rhumatismale et contre la multiple sclérose mais également contre des maladies cancérigènes différentes ont été dévelopées récemment. Les maladies du système nerveux constituent un domaine actuel de la recherche biomédicale internationale qui ne peut se passer des expérimentations animales.

Mise en œuvre du principe des 3R

En procédant à des expérimentations animales, nous sommes conscients de la responsabilité que nous avons envers les animaux. Les scientifiques tentent, en recourant au principe des 3R, à savoir « Reduction, Refinement, Replacement », de réduire l’utilisation et la sollicitation des animaux. Le bien être des animaux contribue également à une meilleure qualité des résultats de recherche.

Bâle, 30 Novembre 2010

Télécharger